Un tiers des Européens atteints de troubles mentaux

, par  Mathilde Leroy

D’après une étude présentée récemment à Paris, lors du XXIVe congrès du Collège européen de neuropsychopharmacologie, les pathologies les plus fréquentes en termes de maladies mentales et neurologiques, sont les troubles anxieux, l’insomnie et la dépression majeure.

Selon une étude menée par le Collège européen de neuropsychopharmacologie (European College of Neuropsychopharmacologie, ECNP) et publiée il y a quelques jours à l’occasion de son XXIVe congrès à Paris, 38 % des Européens souffriraient de maladies mentales ou de troubles neurologiques. Cette étude inédite, menée sur 514 millions d’individus dans trente pays – Union européenne, Suisse, Islande, Norvège –, révèle en outre que les troubles anxieux sont les plus fréquents (14 % des malades), suivis de l’insomnie (7 %), de la dépression majeure (6,9 %), des troubles somatoformes (6,3 %) et de la dépendance à la drogue ou à l’alcool (4 %). La démence due à la maladie d’Alzheimer ou à des troubles d’origine vasculaire toucherait quant à elle 30 % des plus de 85 ans. Des chiffres inquiétants, mais qui restent à peu près similaires à ceux établis par une précédente enquête datant de 2005, exception faite de la démence, dont la prévalence s’accroît en raison de l’augmentation de l’espérance de vie.

Seul un tiers des malades sont traités

Autre chiffre qui n’a pas bougé depuis 2005 : seul un tiers des malades sont traités. Des patients qui ont souvent dû attendre des délais considérables avant d’être correctement pris en charge. D’après l’ECNP, cette situation dramatique s’explique notamment par la stigmatisation des troubles mentaux, par le tabou qu’ils représentent dans la société, par l’absence de sensibilisation du grand public à leurs problématiques et par une fragmentation trop importante des disciplines dans les domaines de la recherche. Pour les experts du rapport, une action concertée prioritaire est nécessaire à tous les niveaux, de même qu’une augmentation du financement de la recherche afin de combler les lacunes thérapeutiques.

Sources
- Communiqué « The size and burden of mental disorders and other disorders of the brain in Europe », European College of neuropsychopharmacologie (ECNP), 5 septembre 2011.
- « Un Européen sur trois souffre de troubles mentaux ou neurologiques », Coline Garré, Lequotidiendumedecin.fr, 5 septembre 2011 : http://www.lequotidiendumedecin.fr/...

DOSSIERS

Et si c’était la thyroïde ?

Vous vous sentez énervé, stressé, fatigué et un peu déprimé ? Votre thyroïde vous joue peut-être des tours. En s’emballant ou en devenant au contraire un peu paresseuse, cette petite glande endocrine, véritable chef d’orchestre du fonctionnement de nos organes, gâche la vie de plus de 6 millions de (...)

Quand les bactéries résistent aux antibiotiques

L’antibiorésistance constitue aujourd’hui l’une des plus graves menaces qui pèsent sur la santé mondiale. De plus en plus d’infections bactériennes deviennent difficiles à traiter car les médicaments perdent de leur efficacité. Chacun peut être touché, quel que soit son sexe, son âge ou son pays (...)

SOULAGER la douleur de l’enfant

Longtemps sous-estimée, voire totalement négligée, la prise en charge de la douleur chez l’enfant s’est beaucoup améliorée au cours des vingt dernières années. Elle reste cependant encore très inégale et trop souvent réduite à une simple prise de médicaments. Or, que ce soit en ville ou à l’hôpital, une (...)

Cuisiner, c’est bon pour la santé

Choisir des produits sains et se préparer à manger plutôt que recourir à des plats industriels est un moyen simple de préserver sa santé, d’autant qu’il n’est pas nécessaire d’être un véritable cordon-bleu pour se faire du bien. Cuisiner est aussi un formidable moyen de partager : faire découvrir aux (...)

ARTICLES RÉCENTS