Une téléconsultation pour l’IVG médicamenteuse

, par  Isabelle Coston

Pour préserver les droits des femmes concernant l’interruption volontaire de grossesse (IVG) pendant la crise sanitaire, notamment en dépit des restrictions de circulation, un arrêté a été publié au Journal officiel le 8 novembre dernier. Il leur donne la possibilité de consulter un médecin à distance dans le cadre d’une IVG médicamenteuse.

Les hôpitaux sont sous tension, cela n’aura échappé à personne. Malgré tout, la continuité des soins doit être maintenue coûte que coûte. Concernant les IVG chirurgicales, « les professionnels de santé et les établissements concernés sont appelés à s’engager pour assurer leur continuité », rappelle donc le ministère des Solidarités et de la Santé. Et, pour les IVG médicamenteuses, qui peuvent être pratiquées en dehors d’un établissement hospitalier, le gouvernement rend possible, jusqu’à la fin de la septième semaine de grossesse, une consultation médicale à distance. Cette téléconsultation depuis le domicile permet également de « limiter les consultations en milieu hospitalier pour protéger chacun de l’infection [et] justifie d’adapter les modalités pratiques de réalisation de l’IVG par voie médicamenteuse en dehors d’un établissement de santé par les médecins et les sages-femmes », précise le gouvernement.

Un délai allongé pour l’IVG pendant le confinement

Conformément à l’avis favorable de la Haute autorité de santé (HAS) rendu le 10 avril 2020, les IVG pratiquées dans ces circonstances peuvent être réalisées jusqu’à la fin de la septième semaine de grossesse, c’est-à-dire jusqu’à neuf semaines après la date des dernières règles. Dans des circonstances normales, autrement dit avant la crise sanitaire, l’IVG médicamenteuse pouvait être pratiquée jusqu’à la fin de la cinquième semaine de grossesse, soit au maximum sept semaines après le début des dernières règles. La HAS indique aussi que les médicaments à base de mifepristone et ceux à base de misoprostol peuvent être prescrits.

Comment se passe la téléconsultation ?

Pendant le confinement, les femmes qui souhaitent avoir recours à l’IVG médicamenteuse peuvent donc consulter depuis chez elle un médecin ou une sage-femme. Cette téléconsultation permet d’assurer :
- la consultation d’information et la prescription des médicaments nécessaires à la réalisation de l’IVG ;
- la première prise des médicaments (sous réserve du consentement libre et éclairé de la femme et de l’accord du professionnel de santé au vu de son état de santé) ;
- le suivi de contrôle, dans les 14 à 21 jours qui suivent.

Des dispositions spéciales pour la délivrance des médicaments

Concernant la dispensation des médicaments prescrits via la téléconsultation, des dispositions spécifiques ont également été prises :
- la prescription mentionne le nom de la pharmacie désignée par l’intéressée ;
- le médecin ou la sage-femme transmet une copie de la prescription à cette pharmacie (en recourant à des outils numériques sécurisés) ;
- la pharmacie délivre les médicaments directement à la femme concernée sans frais et anonymement, dans un conditionnement adapté à une prise individuelle ;
- le pharmacien appose sur l’ordonnance le timbre de la pharmacie d’officine, la date de délivrance, les numéros d’enregistrement et la mention « délivrance exceptionnelle » ;
- il informe le prescripteur que la délivrance a été effectuée.

SUR LE MÊME SUJET

DOSSIERS

Le foie, l’allié de notre santé

Alors qu’on le considère moins que le cœur ou les poumons, le foie, véritable dépollueur de notre organisme, est impliqué dans plus de 300 fonctions essentielles à notre vie.

Epigénétique : comment l’environnement influence nos gènes

Selon des études récentes, l’air que nous respirons, ce que nous mangeons, notre activité physique ou l’exposition au stress auraient un impact direct sur le fonctionnement de nos cellules. En laissant des traces sur notre ADN, notre environnement pourrait favoriser le développement de maladies. (...)

Un autre regard sur les maladies mentales

Dépression, anorexie, troubles bipolaires, phobies, schizophrénie… Actuellement, 12 millions de Français souffriraient de troubles psychiques. Pourtant, les maladies mentales restent encore l’objet de préjugés tenaces qui stigmatisent les patients et les isolent à la fois socialement et (...)

Vie affective et sexuelle : une affaire d’éducation

Inhérente à la vie affective, la sexualité est source de découverte à tout âge. Les enfants comme les adolescents, qui se posent de nombreuses questions à ce sujet, devraient pouvoir trouver à chaque fois des réponses adaptées. Car l’éducation affective et sexuelle est un enjeu important de vie en société, (...)

ARTICLES RÉCENTS