Sport et santé : halte aux idées reçues

, par  Ciem

On le sait désormais : l’activité physique est indispensable à notre santé, notre forme et notre bien-être. Pour autant, certaines fausses informations circulent encore à son sujet.

Le sport ça fait maigrir

C’est faux ! Qu’on se le dise une bonne fois pour toutes : le sport ne fait pas maigrir. Il peut en revanche contribuer à stabiliser le poids et à redessiner la silhouette. Pratiqué régulièrement, il permet en outre d’entretenir l’équilibre, la coordination, la force et la souplesse du corps. Le tout en procurant également de la détente et du bien-être. Inutile de devenir un champion olympique pour en ressentir les premiers bénéfices. Selon l’OMS, trente minutes d’exercice physique d’intensité modérée cinq jours par semaine suffisent à améliorer son état de santé et à rester en forme.

Après 65 ans, il faut limiter son niveau d’activité physique

Bien sûr que non. D’après le Programme national nutrition santé (PNNS), « le poids des années ne doit en aucun cas vous faire cesser vos activités physiques ». Qu’il s’agisse de marcher, de jardiner, de jouer avec vos petits-enfants ou de continuer à pratiquer votre sport favori, ne vous privez pas. L’activité physique régulière permet de lutter contre le vieillissement et de prévenir le diabète, l’hypertension artérielle ainsi que les maladies cardiovasculaires. Selon le PNNS, les personnes de plus de 65 ans qui restent actives « ont moins de somnolence en journée et une meilleure qualité de sommeil que celles qui sont sédentaires ».

Les femmes enceintes doivent arrêter le sport

La grossesse n’est pas une maladie, il n’y a donc pas de raison d’interrompre toute activité physique. À condition d’éviter les sports trop dangereux comme le ski, le parapente, la boxe ou la plongée sous-marine. Conserver en revanche une activité physique modérée (natation, marche rapide) limite la prise de poids, l’hypertension et le risque de diabète gestationnel chez la femme enceinte. Cela contribue aussi à améliorer le sommeil et la circulation sanguine. Rappelons aussi que, contrairement à une idée reçue encore bien ancrée, l’activité physique n’augmente pas les risques d’accouchement prématuré.

Il faut manger sucré avant l’effort

Si le sucre est une source d’énergie pour notre organisme, évitez toutefois les grignotages à base de gâteaux, biscuits ou autres barres chocolatées avant une séance de sport. Ces encas très sucrés font grimper la glycémie en flèche et peuvent provoquer une baisse d’énergie pendant l’effort. Privilégiez plutôt les aliments à faible index glycémique (lire l’article sur le sujet page 17) comme les féculents, de préférence deux heures et demie avant la séance, pour bénéficier d’un apport d’énergie constant. N’oubliez pas non plus de bien vous hydrater par petites gorgées régulières, avant, pendant et après l’effort. Contrairement à une autre idée reçue, cela ne vous donnera pas de point de côté, mais vous aidera à réguler votre température corporelle et à éviter la déshydratation.

Faire du sport le matin, c’est mieux

Pas du tout. Nul besoin de se lever aux aurores pour un bénéfice maximum. Quel que soit le moment de la journée, les avantages du sport sur votre santé et votre mental seront les mêmes. Attention cependant, l’activité physique avant le coucher est souvent déconseillée parce qu’elle perturbe l’endormissement. En cause : l’augmentation de la température corporelle et la production d’hormones spécifiques dont la dissipation dure plusieurs heures. Si vous préférez pratiquer en fin de journée, faites-le au minimum quatre heures avant de vous mettre au lit. Autre conseil, prenez une douche tiède après l’effort pour faire descendre la température de votre corps.

SUR LE MÊME SUJET

DOSSIERS

Le foie, l’allié de notre santé

Alors qu’on le considère moins que le cœur ou les poumons, le foie, véritable dépollueur de notre organisme, est impliqué dans plus de 300 fonctions essentielles à notre vie. Souvent malmené par les excès d’alcool, de sucre et la sédentarité, cet organe longtemps resté mystérieux peut souffrir en silence (...)

Epigénétique : comment l’environnement influence nos gènes

Selon des études récentes, l’air que nous respirons, ce que nous mangeons, notre activité physique ou l’exposition au stress auraient un impact direct sur le fonctionnement de nos cellules. En laissant des traces sur notre ADN, notre environnement pourrait favoriser le développement de maladies. (...)

Un autre regard sur les maladies mentales

Dépression, anorexie, troubles bipolaires, phobies, schizophrénie… Actuellement, 12 millions de Français souffriraient de troubles psychiques. Pourtant, les maladies mentales restent encore l’objet de préjugés tenaces qui stigmatisent les patients et les isolent à la fois socialement et (...)

Vie affective et sexuelle : une affaire d’éducation

Inhérente à la vie affective, la sexualité est source de découverte à tout âge. Les enfants comme les adolescents, qui se posent de nombreuses questions à ce sujet, devraient pouvoir trouver à chaque fois des réponses adaptées. Car l’éducation affective et sexuelle est un enjeu important de vie en société, (...)

ARTICLES RÉCENTS