Sécurité sociale : le budget 2020 dévoilé

, par  Léa Vandeputte

Le projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS) pour l’année 2020 a été présenté par le gouvernement. Déficitaire, il comporte des mesures pour répondre aux attentes des citoyens en matière de pouvoir d’achat et de justice sociale.

Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé, et Gérald Darmanin, ministre de l’Action et des Comptes publics, ont rendu public, ce lundi 30 septembre, leur projet de loi de financement de la Sécurité sociale 2020. Celui-ci a pour objectif de « poursuivre la maîtrise des comptes sociaux tout en répondant à l’urgence économique et sociale ».

Pas de retour à l’équilibre avant 2023

La promesse faite par le gouvernement, il y a un an, d’équilibrer les comptes de la Sécurité sociale est reportée à 2023. Le déficit – le fameux « trou de la Sécu » – devrait ainsi atteindre 5,1 milliards d’euros en 2020. En cause, les « mesures fortes pour répondre aux attentes des citoyens en matière de pouvoir d’achat et de justice sociale » réclamées par les gilets jaunes, les urgentistes ou encore les aidants qui pèsent sur le budget. Mais « ces éléments conduisent à retarder le retour à l’équilibre de l’ensemble des régimes de base, sans remettre toutefois en cause l’objectif du gouvernement en matière de redressement des comptes sociaux, ni celui de désendettement de la Sécurité sociale », estiment les deux ministres. L’objectif national de dépenses d’assurance maladie (Ondam) « sera tenu en 2019 pour la dixième année consécutive », assurent-ils. Fixé à 2,3 % pour l’année 2020, il « représente un effort de maîtrise de l’évolution des dépenses de plus de 4 milliards d’euros ». Par ailleurs, « les conventions d’objectifs et de gestion avec les organismes de sécurité sociale, signées au cours de l’année 2018, permettent de maîtriser l’évolution des dépenses de fonctionnement et d’action sociale, tout en accélérant la transformation et le virage numérique de ces organismes », ajoutent-ils. Enfin, les dépenses du régime général et du fonds de solidarité vieillesse devraient évoluer de 2,3 % en 2020 (2,4 % en 2019).

Les six principales annonces

Concrètement, le gouvernement met en avant six mesures phares qui se dégagent du PLFSS 2020 :
-  Encourager et valoriser le travail : reconduction de la prime exceptionnelle totalement exonérée ; prévention de la désinsertion professionnelle et la modernisation du régime de l’invalidité.
-  Simplifier les démarches des employeurs : unification du recouvrement social ; mise en place du « tout en un » pour les employeurs de service à la personne ; fusion des déclarations fiscales et sociales pour les travailleurs indépendants.
-  Soutenir les familles monoparentales : instauration du service public de versement des pensions alimentaires.
-  Renforcer l’accès aux soins dans tous les territoires : mesures d’aide à l’installation des médecins dans les zones mal dotées en professionnels de santé ; financement de nouvelles missions ; nouvelles prestations d’hébergement et de transport pour les femmes enceintes éloignées d’une maternité.
-  Prévenir, soutenir et accompagner la perte d’autonomie : indemnisation du congé de proche aidant (lire notre article) ; investissement dans les structures d’accueil, dans la formation des professionnels et la qualité des services d’aide à domicile.
-  Revaloriser les prestations sociales : réévaluation des retraites inférieures à 2 000 euros, augmentation plus rapide des minimums sociaux.
Ce projet de budget 2020 sera examiné par le Parlement à partir du 20 octobre.

SUR LE MÊME SUJET

DOSSIERS

Et si c’était la thyroïde ?

Vous vous sentez énervé, stressé, fatigué et un peu déprimé ? Votre thyroïde vous joue peut-être des tours. En s’emballant ou en devenant au contraire un peu paresseuse, cette petite glande endocrine, véritable chef d’orchestre du fonctionnement de nos organes, gâche la vie de plus de 6 millions de (...)

Quand les bactéries résistent aux antibiotiques

L’antibiorésistance constitue aujourd’hui l’une des plus graves menaces qui pèsent sur la santé mondiale. De plus en plus d’infections bactériennes deviennent difficiles à traiter car les médicaments perdent de leur efficacité. Chacun peut être touché, quel que soit son sexe, son âge ou son pays (...)

SOULAGER la douleur de l’enfant

Longtemps sous-estimée, voire totalement négligée, la prise en charge de la douleur chez l’enfant s’est beaucoup améliorée au cours des vingt dernières années. Elle reste cependant encore très inégale et trop souvent réduite à une simple prise de médicaments. Or, que ce soit en ville ou à l’hôpital, une (...)

Cuisiner, c’est bon pour la santé

Choisir des produits sains et se préparer à manger plutôt que recourir à des plats industriels est un moyen simple de préserver sa santé, d’autant qu’il n’est pas nécessaire d’être un véritable cordon-bleu pour se faire du bien. Cuisiner est aussi un formidable moyen de partager : faire découvrir aux (...)

ARTICLES RÉCENTS