Quand les revenus baissent

, par  Delphine Delarue

Selon une enquête de la Ligue contre le cancer publiée en mars 2014, 60 % des patients touchés par la maladie subissent une perte de revenus (de plus de 25 % pour la moitié d’entre eux). Une baisse qui s’explique notamment par les soins « de confort » non remboursés, par exemple les séances chez le psychologue, mais aussi par l’absence de couverture complémentaire. Certaines mesures du Plan cancer III (dont quelques-unes sont déjà mises en place), comme un accès facilité aux indemnités journalières ou la baisse des restes à charge, devraient permettre d’améliorer la situation. A noter également : selon une mesure votée en avril par les députés, les anciens patients n’auront plus à mentionner leur maladie passée pour obtenir un prêt quinze ans après l’arrêt de leur traitement, en vertu du droit à l’oubli.

DOSSIERS

Voyage au cœur des poumons

Jamais la respiration, cette fonction si naturelle, n’avait fait autant parler d’elle en ces temps de masques et de Covid-19. Avec ce virus qui les affecte directement, nos organes respiratoires sont mis sur le devant de la scène médicale. Profitons-en pour explorer nos si précieux poumons.
Les (...)

Maladie chronique : comment « gérer » les douleurs ?

Être atteint d’une maladie chronique est déjà une lourde épreuve. Malheureusement, aux complications et aux difficultés quotidiennes engendrées par la maladie s’ajoutent très souvent des douleurs. Ces dernières, qui évoluent au fil des années en même temps que la pathologie, peuvent devenir de plus en (...)

Le foie, l’allié de notre santé

Alors qu’on le considère moins que le cœur ou les poumons, le foie, véritable dépollueur de notre organisme, est impliqué dans plus de 300 fonctions essentielles à notre vie.

Epigénétique : comment l’environnement influence nos gènes

Selon des études récentes, l’air que nous respirons, ce que nous mangeons, notre activité physique ou l’exposition au stress auraient un impact direct sur le fonctionnement de nos cellules. En laissant des traces sur notre ADN, notre environnement pourrait favoriser le développement de maladies. (...)