Octobre rose : la Ligue s’attaque au « pinkwashing »

, par  Delphine Delarue

La Ligue contre le cancer vient de lancer une charte de bonnes pratiques pour lutter contre le détournement de la mobilisation Octobre rose, prétexte, depuis quelques années, à des « communications opportunistes, désordonnées, voire mercantiles » de la part de nombreuses entités institutionnelles, privées et associatives.

Avec 54 000 nouveaux cas par an et plus de 11 900 décès en 2015, le cancer du sein reste un des plus meurtriers chez la femme. Or, détecté à un stade précoce, il peut être guéri dans plus de neuf cas sur dix. D’où l’importance, pour toutes les femmes, de se faire dépister régulièrement. Ce message clé de la campagne Octobre rose, dont la vingt-cinquième édition vient de débuter, a récemment été rappelé avec fermeté par la Ligue contre le cancer. Dans un communiqué, l’association déplore le fait que, depuis quelques années, la campagne devienne « une mobilisation souvent détournée de son objet, prétexte à des communications opportunistes, désordonnées voire mercantiles : de nombreuses entités institutionnelles, privées et associatives se sont emparées du mouvement pour collecter des fonds, fédérer, informer, changer d’image sociétale ». Selon la ligue, ce pinkwashing sauvage tendrait à anéantir l’efficacité de la mobilisation. Résultat : la participation au dépistage organisé ne cesse de diminuer chaque année. En 2016, seules 50,7 % des femmes âgées de 50 à 74 ans se sont fait dépister (contre 51,5 % en 2015 et 52,7 % en 2012).
Une charte de bonnes pratiques
Pour lutter contre ces dérives, l’association lance une charte de bonnes pratiques destinée à ses comités départementaux. L’Objectif : leur permettre de mieux cadrer les actions estampillées « Octobre rose » et recentrer la mobilisation sur la promotion du dépistage. Celui-ci se décline en trois périodes essentielles : entre 25 et 49 ans, l’examen clinique des seins (palpation) doit être réalisé tous les ans par un médecin généraliste, un gynécologue ou une sage-femme ; entre 50 et 74 ans, une mammographie de dépistage est recommandée tous les deux ans (cet examen est pris en charge à 100 % par l’Assurance maladie) ; et au-delà de 74 ans, à nouveau une palpation tous les ans.
La charte permet aussi de garantir la bonne utilisation des fonds recueillis par la ligue dans le cadre d’Octobre rose. « Grâce à ces dons, les Comités départementaux continueront de financer des projets de recherche dédiés et des services d’aide et de soutien auprès de nombreuses femmes (accompagnement en soins de support, accompagnement social, accueil et orientation, promotion du dépistage) », conclut l’association.

SUR LE MÊME SUJET

DOSSIERS

Un autre regard sur les maladies mentales

Dépression, anorexie, troubles bipolaires, phobies, schizophrénie… Actuellement, 12 millions de Français souffriraient de troubles psychiques. Pourtant, les maladies mentales restent encore l’objet de préjugés tenaces qui stigmatisent les patients et les isolent à la fois socialement et (...)

Vie affective et sexuelle : une affaire d’éducation

Inhérente à la vie affective, la sexualité est source de découverte à tout âge. Les enfants comme les adolescents, qui se posent de nombreuses questions à ce sujet, devraient pouvoir trouver à chaque fois des réponses adaptées. Car l’éducation affective et sexuelle est un enjeu important de vie en société, (...)

Et si c’était la thyroïde ?

Vous vous sentez énervé, stressé, fatigué et un peu déprimé ? Votre thyroïde vous joue peut-être des tours. En s’emballant ou en devenant au contraire un peu paresseuse, cette petite glande endocrine, véritable chef d’orchestre du fonctionnement de nos organes, gâche la vie de plus de 6 millions de (...)

Quand les bactéries résistent aux antibiotiques

L’antibiorésistance constitue aujourd’hui l’une des plus graves menaces qui pèsent sur la santé mondiale. De plus en plus d’infections bactériennes deviennent difficiles à traiter car les médicaments perdent de leur efficacité. Chacun peut être touché, quel que soit son sexe, son âge ou son pays (...)

ARTICLES RÉCENTS