Des vacances sans tabac

, par  Léa Vandeputte

Cet été, la Ligue contre le cancer continue de sensibiliser les Français aux dangers de la cigarette en mettant en avant des parcs et des plages labellisées « sans tabac ».

La France compte cette année 5 162 « Espaces sans tabac ». Ce label, créé par la Ligue contre le cancer en 2011, a pour but de proposer, en partenariat avec les collectivités territoriales, des espaces publics (parc, plages, aires de jeux, forêt, etc.) où la cigarette est bannie. Ces zones sont l’occasion de sensibiliser le plus grand nombre aux dangers du tabac qui est à l’origine de 75 000 décès chaque année en France.

Ne pas exposer les plus jeunes

Ces « Espaces sans tabac » permettent en premier lieu de protéger les plus jeunes. « Le Centre international de recherche sur le cancer (Circ) recommande de proscrire la consommation de tabac dans les lieux publics extérieurs afin de limiter les opportunités de fumer et ainsi réduire l’exposition au tabac et l’entrée des jeunes dans le tabagisme », argumente la Ligue. Ils ont des effets aussi sur les adultes qu’ils découragent de fumer. « Les « Espaces sans tabac » limitent les possibilités de fumer, réduisent l’acceptabilité sociale du tabagisme et accroissent le soutien aux mesures nationales de lutte contre le tabagisme », ajoute-t-elle.

Préserver aussi l’environnement

En plus d’être bénéfique pour la santé des populations, le label participe à la préservation de l’environnement. « Une cigarette consommée c’est : 3,7 litres d’eau, 3,5 grammes de pétrole et une empreinte carbone équivalente à une émission de 14 g de CO2 dans l’atmosphère », rappelle la Ligue. Et c’est sans compter l’impact des mégots qui contiennent des milliers de substances chimiques et des matières plastiques. Quand on sait que chaque année, près de 30 milliards mégots de cigarettes sont jetés dans les rues françaises, on comprend mieux l’étendue de cette pollution.

DOSSIERS

Toutes les solutions pour bien vieillir à la maison

Près de neuf personnes sur dix souhaitent vieillir chez elles le plus longtemps possible. Le maintien à domicile, encouragé par les pouvoirs publics, permet le plus souvent de conserver l’autonomie et de retarder la dépendance. Il est aujourd’hui possible par la mise en place de plusieurs aides, à la fois matérielles et humaines. Mais, même s’ils ont le mérite d’exister, ces dispositifs manquent de lisibilité. On fait le point pour vous.

Voyage au cœur des poumons

Jamais la respiration, cette fonction si naturelle, n’avait fait autant parler d’elle en ces temps de masques et de Covid-19. Avec ce virus qui les affecte directement, nos organes respiratoires sont mis sur le devant de la scène médicale. Profitons-en pour explorer nos si précieux poumons.
Les (...)

ARTICLES RÉCENTS