Mois sans tabac : encourager les Français à arrêter de fumer

, par  Léa Vandeputte

En novembre, la campagne du Mois sans tabac bat son plein. L’objectif, pour cette sixième édition, est d’interpeller les fumeurs et de les accompagner vers le sevrage.

Plus de 97 000 personnes se sont inscrites pour participer au Mois sans tabac 2021. Cet évènement, qui se déroule depuis six ans du 1er au 30 novembre, incite le plus grand nombre à arrêter la cigarette. Pour mettre en avant la campagne, des vidéos de témoignages d’anciens fumeurs sont diffusées à la télévision ou sur internet et des messages d’encouragement sont postés sur les réseaux sociaux.

17 millions de fumeurs

En 2020, plus de trois adultes de 18 à 75 ans sur dix (31,8 %) déclaraient fumer et un quart (25,5 %) déclarait fumer quotidiennement, soit environ 17 millions de Français, selon les chiffres publiés dans le Bulletin épidémiologique hebdomadaire (BEH) de Santé publique France de mai 2021. « Après une baisse du tabagisme en France métropolitaine de 2014 à 2019, la prévalence se stabilise en 2020 », notent les auteurs. En moyenne, les fumeurs quotidiens adultes consomment un peu plus d’un demi-paquet par jour (11 cigarettes pour les femmes et 14 pour les hommes), d’après la dernière enquête de l’Observatoire français des drogues et des toxicomanies (OFDT). L’âge de la première cigarette s’établit, quant à lui, à 14,4 ans, quel que soit le sexe. Point encourageant : la consommation de tabac diminue chez les jeunes. En 2017, un quart des adolescents interrogés ont déclaré fumer chaque jour, alors qu’ils étaient près d’un tiers en 2014.

Des effets délétères sur la santé

Pour inciter les plus gros fumeurs à modifier leur comportement, les autorités sanitaires mettent en avant les économies réalisées en arrêtant la cigarette, mais également les bénéfices pour la santé. Le tabac contient en effet un ensemble de composants qui agissent sur les fonctions vasculaire, respiratoire et digestive. Les décès par infarctus du myocarde sont ainsi deux fois plus élevés chez les fumeurs. Ces derniers ont aussi plus de risque de développer une bronchite chronique et un cancer du poumon. Le tabac limite par ailleurs l’apport d’oxygène au cerveau et aux muscles. Il est responsable de maux de tête, de vertiges et d’une diminution de la résistance à l’exercice. La dépendance à la cigarette induit également une sensation de manque à l’arrêt, engendrant tension, nervosité, irritabilité, angoisse voire dépression.

Un soutien indispensable

Pour réussir le défi du Mois sans tabac, l’accompagnement des participants est la clé. S’ils arrivent à passer un mois sans cigarette, ils multiplient par cinq leurs chances d’arrêter définitivement. C’est pourquoi ils bénéficient d’un accompagnement personnalisé et gratuit. Ils peuvent consulter un professionnel de santé ou téléphoner aux spécialistes du 39 89 (du lundi au samedi de 8 heures à 20 heures), ou encore participer à des entretiens individuels ou collectifs en présentiel ou en visioconférence. « L’aide d’un professionnel de santé augmente de 70 % les chances de réussir son sevrage », indique Santé publique France. Depuis sa première édition, le Mois sans tabac a enregistré plus de 900 000 inscriptions et près de 1,8 million de tentatives d’arrêt lui sont attribuables.

SUR LE MÊME SUJET

DOSSIERS

Toutes les solutions pour bien vieillir à la maison

Près de neuf personnes sur dix souhaitent vieillir chez elles le plus longtemps possible. Le maintien à domicile, encouragé par les pouvoirs publics, permet le plus souvent de conserver l’autonomie et de retarder la dépendance. Il est aujourd’hui possible par la mise en place de plusieurs aides, à la fois matérielles et humaines. Mais, même s’ils ont le mérite d’exister, ces dispositifs manquent de lisibilité. On fait le point pour vous.

Voyage au cœur des poumons

Jamais la respiration, cette fonction si naturelle, n’avait fait autant parler d’elle en ces temps de masques et de Covid-19. Avec ce virus qui les affecte directement, nos organes respiratoires sont mis sur le devant de la scène médicale. Profitons-en pour explorer nos si précieux poumons.
Les (...)

Maladie chronique : comment « gérer » les douleurs ?

Être atteint d’une maladie chronique est déjà une lourde épreuve. Malheureusement, aux complications et aux difficultés quotidiennes engendrées par la maladie s’ajoutent très souvent des douleurs. Ces dernières, qui évoluent au fil des années en même temps que la pathologie, peuvent devenir de plus en (...)