Les médecins approuvent le principe des CPTS et des assistants médicaux

, par  Isabelle Coston

Les syndicats de médecins ont finalement donné leur aval au gouvernement pour le financement des communautés territoriales de santé (CPTS) et la création de postes d’assistants médicaux, deux projets qui ont pour but de lutter contre la désertification médicale.

Malgré quelques réticences, la Confédération des syndicats médicaux français (CSMF) et le Syndicat des médecins libéraux (SML) se sont prononcés respectivement les 15 et 16 juin en faveur des deux projets d’accord soumis par la Caisse nationale d’assurance maladie (Cnam). Ils rejoignent ainsi MG France qui avait déjà déclaré dans un communiqué valider ces textes officiels, dont la signature est prévue pour le jeudi 20 juin. Ces deux accords conventionnels s’inscrivent dans le projet de loi de la ministre de la Santé, Agnès Buzyn, pour réformer le système de santé en réorganisant, au niveau territorial, l’offre de soins. L’un porte sur le déploiement des communautés territoriales de santé, l’autre sur la création de postes d’assistants médicaux.

Aide à l’embauche d’assistants médicaux

L’un des deux textes prévoit d’octroyer une subvention au médecin pour employer un assistant. D’un montant de 36 000 euros l’année du recrutement, elle sera de 27 000 euros la deuxième année, puis s’élèvera à 21 000 euros par an ensuite. Cette aide sera particulièrement bienvenue pour les généralistes dont beaucoup, en particulier dans les déserts médicaux, exercent seuls dans leur cabinet. Le chef de l’État, Emmanuel Macron, compte sur la création d’au moins 4 000 postes d’assistants médicaux d’ici à la fin de son quinquennat.

Coup de pouce aux CPTS

Fondée sur le regroupement volontaire de professionnels de santé d’une même zone géographique, la CPTS améliore les conditions d’exercice des médecins généralistes, spécialistes, infirmières, sages-femmes, kinésithérapeutes, pharmaciens, etc. Elle simplifie aussi le parcours du patient, en permettant, par exemple, de réduire les délais d’obtention d’un rendez-vous avec un spécialiste ou encore d’éviter la redondance des soins grâce à une meilleure coordination des professionnels de santé. Le gouvernement s’est fixé pour objectif le développement d’un millier de groupements libéraux d’ici à 2022.

SUR LE MÊME SUJET

DOSSIERS

Le foie, l’allié de notre santé

Alors qu’on le considère moins que le cœur ou les poumons, le foie, véritable dépollueur de notre organisme, est impliqué dans plus de 300 fonctions essentielles à notre vie. Souvent malmené par les excès d’alcool, de sucre et la sédentarité, cet organe longtemps resté mystérieux peut souffrir en silence (...)

Epigénétique : comment l’environnement influence nos gènes

Selon des études récentes, l’air que nous respirons, ce que nous mangeons, notre activité physique ou l’exposition au stress auraient un impact direct sur le fonctionnement de nos cellules. En laissant des traces sur notre ADN, notre environnement pourrait favoriser le développement de maladies. (...)

Un autre regard sur les maladies mentales

Dépression, anorexie, troubles bipolaires, phobies, schizophrénie… Actuellement, 12 millions de Français souffriraient de troubles psychiques. Pourtant, les maladies mentales restent encore l’objet de préjugés tenaces qui stigmatisent les patients et les isolent à la fois socialement et (...)

Vie affective et sexuelle : une affaire d’éducation

Inhérente à la vie affective, la sexualité est source de découverte à tout âge. Les enfants comme les adolescents, qui se posent de nombreuses questions à ce sujet, devraient pouvoir trouver à chaque fois des réponses adaptées. Car l’éducation affective et sexuelle est un enjeu important de vie en société, (...)

ARTICLES RÉCENTS