Le calendrier vaccinal évolue

, par  Léa Vandeputte

Comme chaque année, le calendrier des vaccinations est actualisé pour inclure les nouveautés scientifiques et les nouvelles recommandations en termes de prise en charge et d’évolution des compétences des professionnels de santé.

Élaboré par le ministère des Solidarités et de la Santé, après avis de la Haute autorité de santé (HAS), le calendrier vaccinal 2022 a été publié le 25 avril. Cette nouvelle version met à jour les recommandations en prenant en compte les nouveaux vaccins disponibles et les préconisations pour la population générale et celles liées aux situations particulières (risques accrus de complications, d’exposition personnelle ou professionnelle, ou de transmission).

Méningocoque B, coqueluche, grippe

En 2022, trois nouveautés sont introduites. La première est la vaccination contre le méningocoque B qui est recommandée chez l’ensemble des nourrissons à partir de 2 mois et jusqu’à l’âge de 2 ans. La seconde concerne l’injection contre la coqueluche. Elle est conseillée chez la femme enceinte à partir du deuxième trimestre de grossesse, en privilégiant la période entre 20 et 36 semaines d’aménorrhée — c’est-à-dire d’absence de règles — « afin d’augmenter le transfert des anticorps maternels et d’assurer une protection optimale du nouveau-né ». Enfin, le vaccin contre la grippe saisonnière est préconisé « chez les professionnels exposés dans le cadre professionnel aux virus grippaux porcins et aviaires ».

Les infirmiers et les sages-femmes peuvent vacciner sans ordonnance

Autre nouveauté, en parallèle de ces évolutions, les infirmiers et les sages-femmes peuvent, depuis fin avril, vacciner sans prescription médicale tandis que les pharmaciens ont l’autorisation de le faire uniquement sur ordonnance. Les infirmiers et les pharmaciens peuvent administrer des vaccins aux plus de 16 ans, et les sages-femmes aux femmes enceintes, aux nouveau-nés et à leur entourage. Destiné à faciliter l’accès à la vaccination, ce dispositif concerne quinze maladies : grippe, diphtérie, tétanos, poliomyélite, coqueluche, papillomavirus humains, pneumocoque, hépatites A et B, méningocoques (A, B, C, Y et W) et rage.

SUR LE MÊME SUJET

DOSSIERS

Toutes les solutions pour bien vieillir à la maison

Près de neuf personnes sur dix souhaitent vieillir chez elles le plus longtemps possible. Le maintien à domicile, encouragé par les pouvoirs publics, permet le plus souvent de conserver l’autonomie et de retarder la dépendance. Il est aujourd’hui possible par la mise en place de plusieurs aides, à la fois matérielles et humaines. Mais, même s’ils ont le mérite d’exister, ces dispositifs manquent de lisibilité. On fait le point pour vous.

Voyage au cœur des poumons

Jamais la respiration, cette fonction si naturelle, n’avait fait autant parler d’elle en ces temps de masques et de Covid-19. Avec ce virus qui les affecte directement, nos organes respiratoires sont mis sur le devant de la scène médicale. Profitons-en pour explorer nos si précieux poumons.
Les (...)