La contraception désormais gratuite pour les moins de 15 ans

, par  Delphine Delarue

Déjà en vigueur depuis 2013 pour les 15-18 ans, la gratuité de la contraception est étendue aux moins de 15 ans depuis le 28 août. Avec cette mesure, le gouvernement espère réduire le nombre d’interruptions volontaires de grossesse (IVG) qui concernent plus de 700 jeunes filles âgées de 12 à 14 ans chaque année.

Pilule, stérilet, implants contraceptifs, diaphragmes : tous les contraceptifs sont désormais pris en charge à 100 % par l’Assurance maladie pour les jeunes filles de moins de 15 ans. En pharmacie, elles n’ont donc plus à s’acquitter du ticket modérateur concernant les dépenses liées à leur contraception. Cette mesure, inscrite dans le budget de la Sécurité sociale pour 2020, restait suspendue à la publication d’un décret finalement paru le jeudi 27 août au Journal officielhttps://www.legifrance.gouv.fr/affi... et entré en vigueur le lendemain. Jusque-là, la gratuité ne concernait que les jeunes filles âgées de 15 à 18 ans. L’objectif de cette extension est de réduire le nombre annuel d’interruptions volontaires de grossesse (IVG). « Chaque année, près de 1 000 jeunes filles de 12 à 14 ans sont enceintes », et parmi ces grossesses « 770 se concluent par une IVG », avait précisé le gouvernement fin 2019. Depuis que la gratuité des moyens de contraception a été mise en place chez les 15-18 ans, en 2013, le nombre d’IVG est passé de 9,5 à 6 pour 1 000 jeunes femmes entre 2012 et 2018.

Frais d’examens et consultations également pris en charge
Outre les dispositifs contraceptifs, la prise en charge à 100 % concerne également certains frais d’examen de biologie et la consultation médicale (médecin, gynécologue mais aussi sage-femme, voir le tweet ci-dessous) nécessaires à la prescription contraceptive, les consultations de suivi ainsi que les frais de pose et de retrait d’un dispositif intra-utérin (DIU, stérilet).

Ces consultations, suivis et prescriptions peuvent aussi se faire dans les centres de planification ou d’éducation familiale (CPEF) qui existent dans tous les départements et dont la liste figure sur le site du ministère de la Santé. L’ouverture de la gratuité a d’ailleurs été saluée par le Planning familial, pour lequel « l’avortement et la contraception sont les deux facettes d’un même droit pour les femmes, celui de décider d’être mères ou de ne pas l’être, de choisir sa vie, son ou sa partenaire, son rythme de vie ».
A noter que pour aider les jeunes filles à choisir le moyen de contraception qui leur convient le mieux, le ministère de la Santé et Santé publique France ont mis en ligne un site dédié : Choisirsacontraception.fr.

SUR LE MÊME SUJET

DOSSIERS

Le foie, l’allié de notre santé

Alors qu’on le considère moins que le cœur ou les poumons, le foie, véritable dépollueur de notre organisme, est impliqué dans plus de 300 fonctions essentielles à notre vie.

Epigénétique : comment l’environnement influence nos gènes

Selon des études récentes, l’air que nous respirons, ce que nous mangeons, notre activité physique ou l’exposition au stress auraient un impact direct sur le fonctionnement de nos cellules. En laissant des traces sur notre ADN, notre environnement pourrait favoriser le développement de maladies. (...)

Un autre regard sur les maladies mentales

Dépression, anorexie, troubles bipolaires, phobies, schizophrénie… Actuellement, 12 millions de Français souffriraient de troubles psychiques. Pourtant, les maladies mentales restent encore l’objet de préjugés tenaces qui stigmatisent les patients et les isolent à la fois socialement et (...)

Vie affective et sexuelle : une affaire d’éducation

Inhérente à la vie affective, la sexualité est source de découverte à tout âge. Les enfants comme les adolescents, qui se posent de nombreuses questions à ce sujet, devraient pouvoir trouver à chaque fois des réponses adaptées. Car l’éducation affective et sexuelle est un enjeu important de vie en société, (...)