Hépatites : encore trop de personnes atteintes sans le savoir

, par  Delphine Delarue

D’après les dernières estimations du Bulletin épidémiologique hebdomadaire (BEH), la France est encore bien loin de l’objectif fixé par l’OMS selon lequel 90 % des personnes atteintes d’une hépatite B ou C doivent être diagnostiquées d’ici 2030. Pour y parvenir, les actions de prévention et de dépistage doivent encore être renforcées, estime la direction générale de la Santé.

« Bien que l’activité de dépistage des hépatites virales B et C (…) soit importante en France, trop de personnes demeurent non testées et porteuses d’infections virales non diagnostiquées », estime Jérôme Salomon, directeur général de la Santé, qui signait mardi l’éditorial du Bulletin épidémiologique hebdomadaire (BEH)https://www.santepubliquefrance.fr/... diffusé à l’occasion de la Journée nationale des hépatites virales. D’après les dernières estimations fournies par les études publiées dans ce numéro du BEH, en France métropolitaine, 0,3 % de la population âgée de 18 à 75 ans serait atteinte d’une hépatite B chronique et 0,3 % d’une hépatite C chronique, soit environ 135 000 individus pour chacune des deux maladies. Et parmi ces personnes, la part de celles connaissant leur infection a été estimée à 80,6 % pour l’hépatite C et à seulement 17,5 % pour l’hépatite B. On est donc encore loin de l’objectif total des 90 % des personnes infectées diagnostiquées d’ici à 2030.
Baisse de prévalence à tempérer
Autre point à souligner : la baisse de prévalence de ces deux pathologies par rapport aux précédents chiffres (0,65 % en 2004 et 0,42 % en 2011 respectivement). Toutefois, du fait des différences de méthodes utilisées, « il convient d’être prudent dans la comparaison de ces estimations, soulignent les chercheurs. En particulier, l’utilisation de sang total déposé sur buvard pour Baro Test a pu conduire à une sous-estimation des prévalences (…) par rapport à l’enquête de prévalence de 2004, à cause d’une possible perte de sensibilité ». Les dernières estimations doivent en outre être prises avec précaution dans la mesure où la méthodologie (recrutement par téléphone et auto-test) rendait difficile la prise en compte des personnes marginalisées comme les sans-domicile fixe ou les usagers actifs de drogue dont la prévalence des hépatites est généralement plus élevée.
Semaines régionales de dépistage
Quoi qu’il en soit et même si la lutte contre les hépatites a connu d’importantes avancées depuis quelques années (on sait aujourd’hui garder sous contrôle le virus de l’hépatite B et les traitements antiviraux d’action directe guérissent désormais 95 % des malades atteints d’hépatite C), des progrès doivent encore être faits en matière de prévention et de dépistage, estime Jérôme Salomon. « Il nous faut lever tous les freins (…) et parallèlement favoriser le dépistage répété parmi les populations les plus exposées, précise-t-il. Nous allons renforcer les incitations aux dépistages des hépatites virales, notamment par l’organisation d’une semaine régionale du dépistage chaque année ».

SUR LE MÊME SUJET

DOSSIERS

Le foie, l’allié de notre santé

Alors qu’on le considère moins que le cœur ou les poumons, le foie, véritable dépollueur de notre organisme, est impliqué dans plus de 300 fonctions essentielles à notre vie.

Epigénétique : comment l’environnement influence nos gènes

Selon des études récentes, l’air que nous respirons, ce que nous mangeons, notre activité physique ou l’exposition au stress auraient un impact direct sur le fonctionnement de nos cellules. En laissant des traces sur notre ADN, notre environnement pourrait favoriser le développement de maladies. (...)

Un autre regard sur les maladies mentales

Dépression, anorexie, troubles bipolaires, phobies, schizophrénie… Actuellement, 12 millions de Français souffriraient de troubles psychiques. Pourtant, les maladies mentales restent encore l’objet de préjugés tenaces qui stigmatisent les patients et les isolent à la fois socialement et (...)

Vie affective et sexuelle : une affaire d’éducation

Inhérente à la vie affective, la sexualité est source de découverte à tout âge. Les enfants comme les adolescents, qui se posent de nombreuses questions à ce sujet, devraient pouvoir trouver à chaque fois des réponses adaptées. Car l’éducation affective et sexuelle est un enjeu important de vie en société, (...)

ARTICLES RÉCENTS