Fin de vie : la sédation profonde à domicile maintenant possible

, par  Isabelle Coston

Beaucoup souhaitent pouvoir terminer leur vie chez eux, sans souffrir. Pour que cela soit possible, la Haute autorité de santé (HAS) vient de faciliter la prescription du midazolam, un puissant sédatif que les généralistes pourront bientôt prescrire à leurs patients en fin de vie.

Mourir chez soi sans souffrances, plutôt que dans un lit d’hôpital, est désormais envisageable. La Haute autorité de santé (HAS), dans de nouvelles recommandations publiées lundi 10 février, ouvre la possibilité aux médecins traitants, d’ici à quatre mois, de prescrire du midazolan, un médicament couramment donné pour soulager les patients des services de soins palliatifs en établissements hospitaliers. Depuis la promulgation de la loi Clayes-Leonetti, en 2016, les malades et les personnes en fin de vie ont le droit d’exiger une sédation profonde et continue en phase terminale.
Le midazolam appartient à la classe des benzodiazépines, qui est la référence aujourd’hui pour mettre en place ce que l’on appelle la sédation profonde et continue jusqu’au décès. Si, en théorie, jusqu’à présent, les médecins généralistes étaient autorisés à l’utiliser, les conditions pour obtenir ce produit étaient en revanche très compliquées, puisqu’ils devaient, pour se le procurer, passer obligatoirement par une pharmacie hospitalière.

Donner des moyens d’agir aux médecins généralistes

« Aujourd’hui, nous recommandons très clairement que le médecin puisse y avoir accès directement, explique dans le journal Libération le docteur Pierre Gabach, chef du service des bonnes pratiques professionnelles à la HAS, qui a participé à la rédaction des recommandations. C’est au ministère de la Santé de faire en sorte que désormais, réglementairement cela soit possible. »
Cette décision de la HAS fait suite au tollé soulevé dans la profession à la suite de la mise en examen d’un médecin du Havre et de sa femme anesthésiste-réanimatrice à l’hôpital. Cette dernière lui avait fourni du midazolan, qu’il avait ensuite administré à trois de ses patients âgés, en soins palliatifs.
L’autorité sanitaire souligne par ailleurs les précautions obligatoires à prendre avant toute utilisation de ce médicament, qui peut être d’un usage délicat : une prise de décision collégiale, un lien systématique entre le médecin et une unité de soins palliatifs et la possibilité d’un repli de la personne vers un hôpital si la situation se complique.

SUR LE MÊME SUJET

DOSSIERS

Le foie, l’allié de notre santé

Alors qu’on le considère moins que le cœur ou les poumons, le foie, véritable dépollueur de notre organisme, est impliqué dans plus de 300 fonctions essentielles à notre vie.

Epigénétique : comment l’environnement influence nos gènes

Selon des études récentes, l’air que nous respirons, ce que nous mangeons, notre activité physique ou l’exposition au stress auraient un impact direct sur le fonctionnement de nos cellules. En laissant des traces sur notre ADN, notre environnement pourrait favoriser le développement de maladies. (...)

Un autre regard sur les maladies mentales

Dépression, anorexie, troubles bipolaires, phobies, schizophrénie… Actuellement, 12 millions de Français souffriraient de troubles psychiques. Pourtant, les maladies mentales restent encore l’objet de préjugés tenaces qui stigmatisent les patients et les isolent à la fois socialement et (...)

Vie affective et sexuelle : une affaire d’éducation

Inhérente à la vie affective, la sexualité est source de découverte à tout âge. Les enfants comme les adolescents, qui se posent de nombreuses questions à ce sujet, devraient pouvoir trouver à chaque fois des réponses adaptées. Car l’éducation affective et sexuelle est un enjeu important de vie en société, (...)

ARTICLES RÉCENTS