Des mains propres pour un hiver en bonne santé

, par  Benoît Saint-Sever

Les mains sont les principaux vecteurs de contamination virale et bactérienne. Chaque hiver, les campagnes de communication rappellent l’importance de leur hygiène pour éviter la transmission de maladies infectieuses. Mais encore faut-il savoir comment bien les laver…

« Les mains transportent toutes sortes de microbes et de pathogènes », rappelle le docteur Kadoudja Chemlal, chargée d’expertise à l’Institut national de prévention et d’éducation pour la santé (INPES). En période hivernale, les maladies infectieuses comme la grippe, le rhume ou encore la gastro-entérite se propagent par contact direct d’une personne infectée à une autre, mais aussi par contact avec des objets contaminés par les précédents utilisateurs. Prendre le temps de se laver les mains permet de limiter les transmissions de germes et de préserver sa santé comme celle des autres. A la maison ou au bureau, observer quelques règles d’hygiène est donc essentiel tout au long de l’année, et pas seulement en période d’épidémie.

Cinq ou six lavages par jour

« Il suffit d’adopter quelques réflexes simples, explique le docteur Chemlal. Comme on enlève ses chaussures quand on rentre chez soi le soir, il faut aussi se laver les mains. Dans la journée, nous avons pris les transports en commun, tapé sur notre clavier d’ordinateur ou touché divers objets qui peuvent abriter des germes, il est donc important de procéder à un nettoyage. On doit également le faire avant de préparer le repas, avant de s’occuper de son bébé, après s’être mouché ou avoir éternué ou encore en sortant des toilettes. Cinq ou six lavages quotidiens sont souvent nécessaires. » Mais pour un lavage efficace, quelques règles doivent être respectées.

Simple et efficace : le lavage à l’eau et au savon

Utiliser de l’eau et du savon est le mode de lavage le plus simple et le plus efficace. L’INPES rappelle que « l’usage du savon est à privilégier, surtout lorsque les mains sont sales ou souillées ». Commencez par mouiller vos mains avec de l’eau chaude ou froide, puis versez une noisette de savon, avant de frotter. « Nous recommandons d’utiliser du savon liquide, car les pains de savon restent humides après utilisation et peuvent retenir des bactéries en surface », souligne le docteur Chemlal.
« Pour une hygiène impeccable, il faut frotter environ trente secondes », poursuit-elle. Le savon doit mousser et aucune zone ne doit être oubliée. Frottez les doigts, les paumes, le dessus des mains et les poignets, puis entrelacez vos mains pour nettoyer entre les doigts, et terminez en insistant sur les ongles. Enfin, rincez vos mains à l’eau courante pendant une dizaine de secondes.

Sécher minutieusement

« L’humidité résiduelle semble favoriser la transmission du virus, comme cela a été démontré pour les bactéries », indique l’Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps)*, qui recommande de « sécher les mains soigneusement ». « Utilisez de préférence une serviette en papier à usage unique, conseille le docteur Chemlal. Chez soi, on peut également se servir d’un torchon, à condition de le laver régulièrement. En ce qui concerne les séchoirs à air chaud ou froid, certains avancent qu’ils seraient des aérosols à microbes, mais aucune étude ne le prouve. D’ailleurs, si les mains sont correctement lavées, le jet d’air ne devrait pas diffuser d’organismes pathogènes. »
Enfin, et contrairement à une idée reçue, se laver les mains ne les abîme pas : « La peau des mains est très résistante, assure le docteur Chemlal. Bien sûr, il faut éviter d’utiliser systématiquement du liquide vaisselle à la place du savon, par exemple : trop caustique, il n’est pas prévu pour cet usage. »

* Avis de l’Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps) relatif à l’utilisation de désinfectants pour les mains à peau saine (produits hydroalcooliques, PHA) par le grand public, dans le cadre de l’épidémie de la grippe A (H1N1), 28 septembre 2009.

DOSSIERS

Et si c’était la thyroïde ?

Vous vous sentez énervé, stressé, fatigué et un peu déprimé ? Votre thyroïde vous joue peut-être des tours. En s’emballant ou en devenant au contraire un peu paresseuse, cette petite glande endocrine, véritable chef d’orchestre du fonctionnement de nos organes, gâche la vie de plus de 6 millions de (...)

Quand les bactéries résistent aux antibiotiques

L’antibiorésistance constitue aujourd’hui l’une des plus graves menaces qui pèsent sur la santé mondiale. De plus en plus d’infections bactériennes deviennent difficiles à traiter car les médicaments perdent de leur efficacité. Chacun peut être touché, quel que soit son sexe, son âge ou son pays (...)

SOULAGER la douleur de l’enfant

Longtemps sous-estimée, voire totalement négligée, la prise en charge de la douleur chez l’enfant s’est beaucoup améliorée au cours des vingt dernières années. Elle reste cependant encore très inégale et trop souvent réduite à une simple prise de médicaments. Or, que ce soit en ville ou à l’hôpital, une (...)

Cuisiner, c’est bon pour la santé

Choisir des produits sains et se préparer à manger plutôt que recourir à des plats industriels est un moyen simple de préserver sa santé, d’autant qu’il n’est pas nécessaire d’être un véritable cordon-bleu pour se faire du bien. Cuisiner est aussi un formidable moyen de partager : faire découvrir aux (...)

ARTICLES RÉCENTS