Covid-19 : près de 6 % des Français touchés par le virus

, par  Isabelle Coston

Le 11 mai, date prévue pour le déconfinement, la très grande majorité de la population ne sera pas encore immunisée contre le virus — si tant est qu’une immunité durable existe. Seulement 5,7 % des Français l’auront en effet contracté.

La barre de 60 à 70 % de personnes ayant été contaminées pour atteindre une immunité de groupe et faire barrage à la pandémie ne sera pas franchie début mai, lorsque le confinement sera levé. Les infectiologues restent toutefois prudents car, à l’heure où nous écrivons, beaucoup d’inconnues demeurent concernant la réponse immunitaire des victimes du SARS-CoV-2.
Une étude réalisée par des chercheurs de l’Institut Pasteur, en collaboration avec Santé publique France et l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm), révèle en effet que seulement 5,7 % des Français auront été infectés, d’ici au 11 mai, par le Covid-19. « Dans un contexte de grande incertitude, ces analyses de modélisation permettent de mieux comprendre cette épidémie et l’impact du confinement sur la propagation de SARS-CoV-2 », explique Simon Cauchemez, responsable de l’unité Modélisation mathématique des maladies infectieuses à l’Institut Pasteur et dernier auteur de l’étude.

Une photographie de l’épidémie dans l’Hexagone

Cette analyse a pour but de donner une « photographie » de l’épidémie en France afin de mieux appréhender un éventuel rebond lorsque les Français vont de nouveau être autorisés à reprendre certaines de leurs activités sociales. Tout d’abord, les résultats de l’étude montrent les conséquences bénéfiques du confinement sur la transmission du virus, « en entraînant une réduction de 84 % du nombre de reproduction de SARS-CoV-2 », précisent les chercheurs, qui ajoutent : « En effet, le nombre moyen de personnes infectées par un cas, le nombre R0, est passé de 3,3 à 0,5 pendant le confinement. Cela a conduit à une réduction du nombre journalier d’admissions en réanimation de 700 en fin mars à 200 en mi-avril. Si cette tendance se poursuit, le nombre journalier d’admissions en réanimation en France devrait se situer entre 10 et 45 au 11 mai 2020, date annoncée de la levée du confinement. »
Ils en concluent que le risque d’hospitalisation, à partir du 11 mai, sera de 2,6 % pour les personnes ayant été infectées, soulignant que celui-ci augmente fortement avec l’âge, pour atteindre 31 % chez les hommes de plus de 80 ans.
Quant au taux de mortalité, il est de l’ordre 0,5 % (13 % chez les hommes de plus de 80 ans). Les médecins ont relevé une létalité du virus beaucoup plus importante chez les hommes, avec une probabilité de décès 45 % supérieure par rapport aux femmes, un écart qui se creuse encore davantage au grand âge.

Une seconde vague

En tentant de mesurer les effets du confinement sur la circulation du virus, les auteurs de l’étude cherchent à évaluer les risques lors d’une seconde vague épidémique qui ne devrait pas manquer de se produire dans la période post-confinement. « Pour mieux comprendre et gérer cette situation sanitaire inédite, souligne l’Institut Pasteur, il est essentiel de pouvoir estimer le niveau de circulation du virus dans la population, d’évaluer le risque de développer une forme grave de la maladie, et de disposer d’indicateurs de mesure de l’impact des efforts de lutte actuels. » Le faible taux de contamination, qui diffère selon les régions mais qui reste dans des taux largement inférieurs aux 60 %, laisse malheureusement craindre une reprise de l’épidémie. C’est la raison pour laquelle les médecins recommandent une levée des progressive du déconfinement et le maintien, notamment, des mesures de distanciation sociale.

SUR LE MÊME SUJET

DOSSIERS

Le foie, l’allié de notre santé

Alors qu’on le considère moins que le cœur ou les poumons, le foie, véritable dépollueur de notre organisme, est impliqué dans plus de 300 fonctions essentielles à notre vie.

Epigénétique : comment l’environnement influence nos gènes

Selon des études récentes, l’air que nous respirons, ce que nous mangeons, notre activité physique ou l’exposition au stress auraient un impact direct sur le fonctionnement de nos cellules. En laissant des traces sur notre ADN, notre environnement pourrait favoriser le développement de maladies. (...)

Un autre regard sur les maladies mentales

Dépression, anorexie, troubles bipolaires, phobies, schizophrénie… Actuellement, 12 millions de Français souffriraient de troubles psychiques. Pourtant, les maladies mentales restent encore l’objet de préjugés tenaces qui stigmatisent les patients et les isolent à la fois socialement et (...)

Vie affective et sexuelle : une affaire d’éducation

Inhérente à la vie affective, la sexualité est source de découverte à tout âge. Les enfants comme les adolescents, qui se posent de nombreuses questions à ce sujet, devraient pouvoir trouver à chaque fois des réponses adaptées. Car l’éducation affective et sexuelle est un enjeu important de vie en société, (...)