Une campagne d’information pour nager en toute sécurité

, par  Enrique Moreira

L’Institut national d’éducation et de prévention pour la santé (INPES) mène, depuis le début de l’été, une campagne d’information afin de mettre en garde tous les Français contre les risques de noyade. Les enfants ne sont en effet pas les seuls concernés par le problème : une étude de l’Institut national de veille sanitaire (INVS) montre que de nombreux adultes sont aussi victimes de ce genre d’accident, souvent parce qu’ils ne savent pas bien ou pas du tout nager.

Entrer progressivement dans l’eau pour éviter l’hydrocution, voilà une règle de sécurité que bien des Français connaissent, mais ce n’est pas la seule dont il faut se souvenir : c’est la raison pour laquelle l’Institut national d’éducation et de prévention pour la santé (INPES) lance, comme à chaque été, une campagne d’information et de sensibilisation contre les risques de noyade. Sur son site Internet, l’INPES met en téléchargement libre et gratuit le guide Mode d’emploi de la baignade : pour un été en toute sécurité.

Quelques règles simples

Ce livret, rédigé dans un style très direct, rappelle quelques règles simples et essentielles comme se baigner dans les zones surveillées, s’informer auprès des maîtres nageurs des conditions de baignade ou encore tenir compte de sa forme physique. Il insiste également sur l’attention particulière à porter aux enfants : « restez toujours avec eux [même] quand ils jouent au bord de l’eau. » On ne répétera jamais assez qu’un petit peut se noyer dans 30 centimètres d’eau sans faire de bruit, mais aussi qu’il faut se méfier « des bouées ou autres articles flottants (matelas, bateau pneumatique, bouée-siège…), [car] ils ne protègent pas de la noyade ».

Le risque n’a pas d’âge

L’INPES recommande également d’apprendre aux enfants à nager le plus tôt possible, à partir de 6 ans, et même dès 4 ans selon les capacités de chacun. Mais si l’univers enfantin des dessins illustrant le Mode d’emploi de la baignade laisse à penser qu’il ne s’adresse qu’aux enfants, ce n’est pas vrai : « selon les derniers chiffres du Baromètre santé INPES 2010, 54 % des femmes et 27 % des hommes de 65 à 74 ans ne savent pas nager », explique le communiqué de presse de l’institut. Et d’ajouter : « En moyenne, tous âges confondus, un Français sur cinq ne sait pas nager (28 % des femmes et 14 % des hommes). Il est important de rappeler que l’on peut apprendre […] à tout âge. »

On n’est jamais trop prudent

Et si vous ne partez pas en vacances, le danger est quand même présent, particulièrement pour ceux qui ont une piscine dans leur jardin, qu’elle soit creusée ou « en kit ». Pour prévenir des dangers de la maison, l’INPES a créé un site, dont une partie est consacrée à la piscine. Cela permet de rappeler les précautions désormais obligatoires pour sécuriser le lieu, les systèmes d’alarme ou les barrières de protection par exemple, mais également de signaler que, comme à la plage, une vigilance constante est nécessaire.

Sources
- « Campagne INPES : les règles d’or pour éviter la noyade », de Bruno Martrette, Pourquoi-docteur.nouvelobs.com, 9 juillet 2013.
- « Résultats enquête Noyades », Invs.sante.fr, 4 juin 2013.
- « Surveillance épidémiologique des noyades : enquête Noyades 2012,
1er juin-30 septembre 2012 », Invs.sante.fr, 4 juin 2013.

SUR LE MÊME SUJET

DOSSIERS

Et si c’était la thyroïde ?

Vous vous sentez énervé, stressé, fatigué et un peu déprimé ? Votre thyroïde vous joue peut-être des tours. En s’emballant ou en devenant au contraire un peu paresseuse, cette petite glande endocrine, véritable chef d’orchestre du fonctionnement de nos organes, gâche la vie de plus de 6 millions de (...)

Quand les bactéries résistent aux antibiotiques

L’antibiorésistance constitue aujourd’hui l’une des plus graves menaces qui pèsent sur la santé mondiale. De plus en plus d’infections bactériennes deviennent difficiles à traiter car les médicaments perdent de leur efficacité. Chacun peut être touché, quel que soit son sexe, son âge ou son pays (...)

SOULAGER la douleur de l’enfant

Longtemps sous-estimée, voire totalement négligée, la prise en charge de la douleur chez l’enfant s’est beaucoup améliorée au cours des vingt dernières années. Elle reste cependant encore très inégale et trop souvent réduite à une simple prise de médicaments. Or, que ce soit en ville ou à l’hôpital, une (...)

Cuisiner, c’est bon pour la santé

Choisir des produits sains et se préparer à manger plutôt que recourir à des plats industriels est un moyen simple de préserver sa santé, d’autant qu’il n’est pas nécessaire d’être un véritable cordon-bleu pour se faire du bien. Cuisiner est aussi un formidable moyen de partager : faire découvrir aux (...)

ARTICLES RÉCENTS