Atteintes cardiaques : les dégâts collatéraux du coronavirus

, par  Delphine Delarue

Par crainte d’être touchés par la maladie du Covid-19, les patients atteints de pathologies cardiovasculaires ont déserté les services de soins pendant le confinement et ont attendu le dernier moment avant de consulter. Conséquence : l’état de certains s’est dégradé et, en région parisienne, le nombre d’infarctus a doublé pendant le pic de l’épidémie.

Pendant la crise sanitaire, nombreux sont les patients atteints de maladies chroniques (notamment cardiovasculaires) qui ont déserté les consultations de médecine de ville ou les services d’urgences par peur d’être infectés par la maladie Covid-19. Depuis la fin du confinement, ils commencent timidement à revenir dans les services et les soignants constatent la dégradation de leur état : « Nous avons vu, au cours des dernières semaines, aux soins intensifs de cardiologie, des patients avec des infarctus, des insuffisances cardiaques sévères qu’habituellement nous anticipons », explique, à La Dépêche du Midi, le professeur Michel Galinier, coresponsable du service de cardiologie du CHU de Toulouse. Le constat est encore plus frappant dans les zones sévèrement touchées par le coronavirus, comme en région parisienne et dans la petite couronne par exemple où le nombre d’infarctus a doublé pendant le confinement, selon une étude récente menée par des chercheurs de l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm). Lors du pic de l’épidémie, soit les semaines du 23 au 30 mars, la fréquence des arrêts cardiaques est montée à 26,64 par millions d’habitants, contre 13,42 par millions d’habitants, enregistrés en moyenne pendant la même période au cours des années précédentes, indiquent Les Echos.
Peur de déranger
Autre chiffre inquiétant : seuls 12,8 % de ces victimes d’infarctus étaient vivants lors de leur arrivée à l’hôpital contre 22,8 % en moyenne à la même période les autres années.
Si, pour un tiers de ces patients franciliens, l’infarctus était essentiellement associé au coronavirus, pour les autres, les experts avancent d’autres hypothèses comme la difficulté temporaire d’accès aux soins liée à la crise sanitaire ou, encore une fois, la peur de consulter. « Nos patients insuffisants cardiaques, nos patients coronariens n’avaient plus de rendez-vous, n’avaient plus de consultations, il y avait une difficulté d’accès aux soins évidente et on avait des patients qui étaient moins enclins à consulter, probablement parce qu’ils avaient la peur d’attraper le virus en étant hospitalisés et tout simplement la peur de déranger », précise, sur RTL, le professeur Eloi Marijon, cardiologue à l’hôpital Georges-Pompidou, coordonnateur de l’étude de l’Inserm. Résultat : les patients et/ou leurs proches ont attendu le dernier moment avant d’appeler les secours (plus de 90 % des arrêts ont eu lieu à domicile contre 76,8 % habituellement). Un phénomène que l’on a pu constater aussi dans d’autres pays comme en Italie ou aux Etats-Unis.

SUR LE MÊME SUJET

DOSSIERS

Le foie, l’allié de notre santé

Alors qu’on le considère moins que le cœur ou les poumons, le foie, véritable dépollueur de notre organisme, est impliqué dans plus de 300 fonctions essentielles à notre vie. Souvent malmené par les excès d’alcool, de sucre et la sédentarité, cet organe longtemps resté mystérieux peut souffrir en silence (...)

Epigénétique : comment l’environnement influence nos gènes

Selon des études récentes, l’air que nous respirons, ce que nous mangeons, notre activité physique ou l’exposition au stress auraient un impact direct sur le fonctionnement de nos cellules. En laissant des traces sur notre ADN, notre environnement pourrait favoriser le développement de maladies. (...)

Un autre regard sur les maladies mentales

Dépression, anorexie, troubles bipolaires, phobies, schizophrénie… Actuellement, 12 millions de Français souffriraient de troubles psychiques. Pourtant, les maladies mentales restent encore l’objet de préjugés tenaces qui stigmatisent les patients et les isolent à la fois socialement et (...)

Vie affective et sexuelle : une affaire d’éducation

Inhérente à la vie affective, la sexualité est source de découverte à tout âge. Les enfants comme les adolescents, qui se posent de nombreuses questions à ce sujet, devraient pouvoir trouver à chaque fois des réponses adaptées. Car l’éducation affective et sexuelle est un enjeu important de vie en société, (...)

ARTICLES RÉCENTS