Mieux repérer et protéger les enfants victimes d’inceste

, par  Delphine Delarue

La Haute Autorité de santé a publié un guide de recommandations à destination des professionnels de santé pour les aider à repérer et à signaler les enfants victimes de violences sexuelles au sein de leur famille.

En France, selon la Haute Autorité de santé (HAS), près de 2 millions d’adultes pourraient avoir été victimes d’un inceste durant leur enfance, et 15 000 nouveaux cas de violences sexuelles sur mineurs sont recensés chaque année. Un chiffre bien inférieur à la réalité, d’après la HAS : « Un nombre considérable d’incestes ne seraient ni repérés ni signalés aux autorités », précise-t-elle dans un communiqué. En clair, 90% des victimes choisiraient de se taire ou ne seraient tout simplement pas entendues. Or, comme chacun sait, les maltraitances sexuelles intrafamiliales ont des répercussions terribles sur la santé des enfants, sur leur développement psychomoteur et sur leur bien-être psychosocial. Non repérées ou mal prises en charge, elles conduisent la plupart du temps à la dépression, au repli sur soi, à l’isolement, voire, dans les pires des cas, au suicide. Saisie de la question par le ministère de la Santé, la Haute Autorité a décidé de publier un guide de recommandations à destination des professionnels de santé pour les aider à repérer les victimes et les guider dans leurs démarches de signalement à la justice.

Situations évocatrices

Dans le dispositif du système de soins, ce sont bien ces professionnels, et plus particulièrement les médecins, au contact direct des patients, qui sont les mieux à même de reconnaître les signes évocateurs d’une maltraitance sexuelle ainsi que les situations à risque.
S’il n’existe pas de facteur de risque spécifique – l’inceste peut avoir lieu quel que soit le contexte familial et social –, certaines circonstances peuvent, selon la HAS, alerter : il s’agit par exemple d’un mode de fonctionnement familial replié sur lui-même, d’un climat familial équivoque (insuffisance de limites et d’interdits, érotisation des relations parents-enfants, non-respect de l’intimité, fonctions parentales non assumées, etc.), d’antécédents de violence familiale (violence conjugale, maltraitance physique ou psychologique, carence ou négligence) ou encore d’une situation favorisant le passage à l’acte de l’agresseur (conduites addictives comme l’alcoolisme ou la toxicomanie, pathologie mentale).

Signaux d’alerte

Le guide de la HAS énumère également un certain nombre de signaux d’alerte repérables chez l’enfant, qui, bien qu’ils ne soient pas spécifiquement caractéristiques d’une maltraitance sexuelle, peuvent devenir évocateurs s’ils s’associent, se répètent, s’inscrivent dans la durée et ne trouvent pas d’explication rationnelle. La Haute Autorité parle par exemple de troubles du comportement alimentaire, de troubles du sommeil, de difficultés scolaires ou de signes somatiques et fonctionnels non spécifiques (douleurs abdominales isolées, céphalées, etc.). Certains signes cliniques de la sphère génito-anale, comme des saignements, des pertes génitales, des irritations ou des prurits génitaux, doivent aussi conduire le médecin à s’interroger. Enfin, ce guide donne des conseils pour conduire l’examen psychique et physique de l’enfant et propose une fiche de signalement à adresser au procureur de la République, rappelant que le Code de déontologie médicale impose au médecin de protéger le mineur et de signaler les sévices dont il est victime.

Sources
- Communiqué « Victimes d’inceste : mieux repérer pour mieux protéger », Haute Autorité de santé, 1er juillet 2011.
- Recommandations de bonnes pratiques « Repérage et signalement de l’inceste par les médecins : reconnaître les maltraitances sexuelles intrafamiliales chez le mineur », Haute Autorité de santé, mai 2011.

DOSSIERS

Le foie, l’allié de notre santé

Alors qu’on le considère moins que le cœur ou les poumons, le foie, véritable dépollueur de notre organisme, est impliqué dans plus de 300 fonctions essentielles à notre vie.

Epigénétique : comment l’environnement influence nos gènes

Selon des études récentes, l’air que nous respirons, ce que nous mangeons, notre activité physique ou l’exposition au stress auraient un impact direct sur le fonctionnement de nos cellules. En laissant des traces sur notre ADN, notre environnement pourrait favoriser le développement de maladies. (...)

Un autre regard sur les maladies mentales

Dépression, anorexie, troubles bipolaires, phobies, schizophrénie… Actuellement, 12 millions de Français souffriraient de troubles psychiques. Pourtant, les maladies mentales restent encore l’objet de préjugés tenaces qui stigmatisent les patients et les isolent à la fois socialement et (...)

Vie affective et sexuelle : une affaire d’éducation

Inhérente à la vie affective, la sexualité est source de découverte à tout âge. Les enfants comme les adolescents, qui se posent de nombreuses questions à ce sujet, devraient pouvoir trouver à chaque fois des réponses adaptées. Car l’éducation affective et sexuelle est un enjeu important de vie en société, (...)