La HAS veut sortir du tout-médicament

, par  Mathilde Leroy

Dans un rapport d’orientation remis le 7 juin, la Haute Autorité de santé (HAS) propose des pistes pour que le recours aux thérapies non médicamenteuses reconnues soit plus souvent envisagé par les médecins prescripteurs.

Pourquoi, en France, les thérapeutiques non médicamenteuses reconnues, telles la psychothérapie, la diététique, la kinésithérapie ou la pratique d’une activité sportive, sont-elles si rarement envisagées dans la prise en charge de patients comme ceux souffrant de maladies cardiovasculaires ou d’insomnies ? Telle est la question soulevée par la Haute Autorité de santé (HAS) dans un rapport d’orientation remis le 7 juin au ministère de la Santé.
Parmi les freins identifiés au développement de ces traitements alternatifs : le rôle symbolique de la prescription médicamenteuse. « Les prescriptions médicamenteuses disposent, particulièrement en France, d’une dimension symbolique qui prend racine à la fois dans l’objet médicament et dans le geste du médecin rédigeant une ordonnance à l’attention de son patient », note la HAS. D’après le rapport, pour le patient, la prescription sous-entend que sa plainte est bien fondée et que le chemin vers la guérison sera simple à accomplir. Prendre un médicament est plus facile et moins coûteux que de s’engager dans une thérapeutique alternative nécessitant une participation et un investissement actifs.

Manque de temps des médecins

Autre explication avancée par la HAS : « les caractéristiques spécifiques au système de santé français », qui n’incitent pas les professionnels à prescrire ce type de traitement. Les médecins manqueraient notamment de temps pour convaincre les patients de leur intérêt et aussi d’informations sur la disponibilité des professionnels de ces thérapeutiques non médicamenteuses. Enfin, « des inégalités sociales, économiques (reste à charge pour les patients) et géographiques (manque de professionnels spécialisés dans certains territoires) », peuvent également expliquer le phénomène.
Pour encourager le développement de ces thérapies, toujours envisagées en complément d’une prise en charge classique, la HAS propose donc de revoir le mode de rémunération des médecins, le paiement à l’acte ne leur permettant pas de prendre le temps nécessaire à ce type de prescription. La Haute Autorité recommande aussi aux pouvoirs publics d’approfondir et de développer les études sur ces traitements non médicamenteux, notamment pour prouver leur efficacité et renforcer leur reconnaissance. Enfin, le rapport suggère également d’« officialiser la prescription de thérapeutiques non médicamenteuses en rendant systématique leur inscription sur l’ordonnance au même titre que les médicaments ».

Source
- Communiqué « Changer le regard sur les thérapeutiques non médicamenteuses », HAS, 7 juin 2011.

DOSSIERS

Voyage au cœur des poumons

Jamais la respiration, cette fonction si naturelle, n’avait fait autant parler d’elle en ces temps de masques et de Covid-19. Avec ce virus qui les affecte directement, nos organes respiratoires sont mis sur le devant de la scène médicale. Profitons-en pour explorer nos si précieux poumons.
Les (...)

Maladie chronique : comment « gérer » les douleurs ?

Être atteint d’une maladie chronique est déjà une lourde épreuve. Malheureusement, aux complications et aux difficultés quotidiennes engendrées par la maladie s’ajoutent très souvent des douleurs. Ces dernières, qui évoluent au fil des années en même temps que la pathologie, peuvent devenir de plus en (...)

Le foie, l’allié de notre santé

Alors qu’on le considère moins que le cœur ou les poumons, le foie, véritable dépollueur de notre organisme, est impliqué dans plus de 300 fonctions essentielles à notre vie.

Epigénétique : comment l’environnement influence nos gènes

Selon des études récentes, l’air que nous respirons, ce que nous mangeons, notre activité physique ou l’exposition au stress auraient un impact direct sur le fonctionnement de nos cellules. En laissant des traces sur notre ADN, notre environnement pourrait favoriser le développement de maladies. (...)

ARTICLES RÉCENTS