Fraude sociale : 636,1 millions d’euros de préjudice détectés

, par  Delphine Delarue

Selon le dernier bilan de la Délégation nationale de lutte contre la fraude (DNLF), en 2013 les organismes sociaux ont détecté 636,1 millions d’euros de fraudes au préjudice de la Sécurité sociale. Pour l’Assurance maladie, le montant s’élève à plus de 174 millions d’euros. Et contrairement à une idée reçue, les assurés sont loin d’être les plus gros fraudeurs.

Record battu : pour l’année 2013, les organismes de sécurité sociale ont détecté pour 636,1 millions d’euros de fraudes, soit une augmentation de 13 % par rapport à l’année précédente. C’est ce que nous apprend le dernier bilan de la Délégation nationale de lutte contre la fraude (DNLF), publié le 5 janvier. Pour l’Assurance maladie, le manque à gagner atteint plus de 174 millions d’euros (en hausse de 12 % par rapport à 2012). Une somme considérable, bien qu’elle ne représente qu’un millième des dépenses totales de cet organisme public. Et contrairement à une idée reçue, les assurés sont bien loin d’être les premiers responsables de ces résultats, puisque les fraudes aux « droits et prestations en espèce » ne représentent « que » 19,7 millions d’euros. Ces fraudes concernent essentiellement de fausses déclarations d’indemnités journalières en cas d’arrêt maladie, des demandes indues de pension d’invalidité ou l’allocation supplémentaire d’invalidité.

Les professionnels de santé pointés du doigt

Selon le rapport, près de la moitié des fraudes détectées sont imputables aux professionnels de santé, essentiellement pour des prestations surfacturées ou fictives. En premier lieu, le document dénonce les infirmiers, responsables de 18,3 millions d’euros de préjudice, les transporteurs sanitaires et les taxis (17,6 millions d’euros), les médecins généralistes et spécialistes (6,1 millions), les chirurgiens-dentistes (4,7 millions) et les kinés (3 millions). Enfin, dans les établissements hospitaliers, les fraudes détectées s’élèvent à 65,8 millions d’euros.
Pour autant, l’augmentation détectée de la fraude sociale ne signifie pas forcément que celle-ci s’accroît : selon la DNLF, c’est plutôt le signe d’une plus grande efficacité des contrôles effectués, notamment grâce au « data mining », une démarche d’exploration des données et de croisement de fichiers, ainsi que d’une meilleure coordination des services et des agents.

Sources
- « Lutte contre la fraude, bilan 2013 », Délégation nationale de lutte contre la fraude (DNLF), janvier 2015.
- « Ce que cache le nouveau record de la fraude sociale », Lexpress.fr-AFP.

DOSSIERS

Le foie, l’allié de notre santé

Alors qu’on le considère moins que le cœur ou les poumons, le foie, véritable dépollueur de notre organisme, est impliqué dans plus de 300 fonctions essentielles à notre vie.

Epigénétique : comment l’environnement influence nos gènes

Selon des études récentes, l’air que nous respirons, ce que nous mangeons, notre activité physique ou l’exposition au stress auraient un impact direct sur le fonctionnement de nos cellules. En laissant des traces sur notre ADN, notre environnement pourrait favoriser le développement de maladies. (...)

Un autre regard sur les maladies mentales

Dépression, anorexie, troubles bipolaires, phobies, schizophrénie… Actuellement, 12 millions de Français souffriraient de troubles psychiques. Pourtant, les maladies mentales restent encore l’objet de préjugés tenaces qui stigmatisent les patients et les isolent à la fois socialement et (...)

Vie affective et sexuelle : une affaire d’éducation

Inhérente à la vie affective, la sexualité est source de découverte à tout âge. Les enfants comme les adolescents, qui se posent de nombreuses questions à ce sujet, devraient pouvoir trouver à chaque fois des réponses adaptées. Car l’éducation affective et sexuelle est un enjeu important de vie en société, (...)