La CMUC étendue aux étudiants isolés en situation précaire

, par  Aude Malaret

La couverture maladie universelle complémentaire (CMUC) pourra maintenant être demandée par les moins de 25 ans vivant sans l’aide de leurs parents, a annoncé Marisol Touraine, ministre des Affaires sociales et de la Santé. La mesure devrait bénéficier à 2 600 étudiants.

Un arrêté du ministère des Affaires sociales et de la Santé, publié le 3 juin au Journal officiel, étend aux étudiants isolés en situation précaire la possibilité de bénéficier de la couverture maladie universelle complémentaire (CMUC), qui prend en charge la part des dépenses habituellement couverte par un organisme complémentaire, y compris à l’hôpital. Dans les faits, un bénéficiaire de la CMUC est intégralement remboursé de ses frais de santé. Pour des raisons administratives, les jeunes précaires ne pouvaient pas y prétendre : les moins de 25 ans sont normalement rattachés au foyer fiscal de leurs parents pour l’attribution de la CMUC. Grâce à cette nouvelle disposition, ils pourront désormais déposer une demande et en bénéficier indépendamment de la situation de leurs parents. Le texte répond ainsi à des situations d’isolement ou de rupture familiale.

2 600 bénéficiaires

« Améliorer la santé des jeunes et favoriser l’accès à la prévention et aux soins constituent l’une des treize priorités pour la jeunesse établies par le gouvernement lors du Comité interministériel de la jeunesse (CIJ) de février 2013 », a rappelé la ministre des Affaires sociales et de la Santé, Marisol Touraine, dans un communiqué. Votée dans le cadre du projet de budget 2014 de la Sécurité sociale, cette mesure devrait profiter à 2 600 étudiants. Ceux qui bénéficient d’aides du Fonds national d’aide d’urgence (FNAU), attribuées au regard des difficultés financières qu’ils rencontrent, pourront obtenir la CMUC à titre individuel. Pour plus d’infos : rendez-vous sur Ameli.fr.

Source
- « Marisol Touraine étend la CMUC aux étudiants isolés en situation précaire », communiqué du ministère des Affaires sociales et de la Santé, 3 juin 2014.

DOSSIERS

Le foie, l’allié de notre santé

Alors qu’on le considère moins que le cœur ou les poumons, le foie, véritable dépollueur de notre organisme, est impliqué dans plus de 300 fonctions essentielles à notre vie.

Epigénétique : comment l’environnement influence nos gènes

Selon des études récentes, l’air que nous respirons, ce que nous mangeons, notre activité physique ou l’exposition au stress auraient un impact direct sur le fonctionnement de nos cellules. En laissant des traces sur notre ADN, notre environnement pourrait favoriser le développement de maladies. (...)

Un autre regard sur les maladies mentales

Dépression, anorexie, troubles bipolaires, phobies, schizophrénie… Actuellement, 12 millions de Français souffriraient de troubles psychiques. Pourtant, les maladies mentales restent encore l’objet de préjugés tenaces qui stigmatisent les patients et les isolent à la fois socialement et (...)

Vie affective et sexuelle : une affaire d’éducation

Inhérente à la vie affective, la sexualité est source de découverte à tout âge. Les enfants comme les adolescents, qui se posent de nombreuses questions à ce sujet, devraient pouvoir trouver à chaque fois des réponses adaptées. Car l’éducation affective et sexuelle est un enjeu important de vie en société, (...)